image1 image2 image3
logo

drapeau breton 

 

Vous souhaitez découvrir les cercles légitimistes ou être informé de nos activités :

 

FÉDÉRATION BRETONNE LÉGITIMISTE

B.P. 10307

35703 Rennes cedex 7

 

Tél. : 09 71 31 10 40

 

Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Fondée par les présidents des cercles de Bretagne, elle comprend actuellement sept cercles et des délégations dans la plupart des pays de Bretagne. Depuis sa création, la FBL adhère à l'UCLF au sein de laquelle, elle représente la Bretagne. Comme l'UCLF au plan national, la FBL assure la coordination de ses cercles. Depuis 1997, elle publie un périodique bimestriel, la blanche Hermine.

 

Vous souhaitez approfondir vos connaissances de la pensée légitimiste, être informé de nos activités ou échanger avec d’autres légitimistes sur le Net, visitez les sites de l’UCLF :

 

 

Le site généralistehttp://www.uclf.org

 

Le site bibliothèque: http://www.viveleroy.fr/

 

Le forumhttp://royaume-de-france.clicforum.com/index.php

 

 

 

 

Dans un paysage politique aux lignes incertaines, les cercles légitimistes œuvrent à faire connaître les principes de la monarchie traditionnelle. La pensée légitimiste est opposée à l'esprit de parti, d’essence révolutionnaire. En réalisant le bien commun par l’ordre, la stabilité et la continuité qu’elle procure, l’institution monarchique est seule à même d’assurer le redressement du pays. La restauration de la monarchie en France représente l’ambition de notre mouvement politique. Aujourd’hui, les règles de succession désignent Louis XX, l’aîné des capétiens, pour accéder au trône.

Pour les cercles légitimistes bretons, une unité doit se créer autour du roi pour instituer un régime en mesure d’assurer les conditions d’une large autonomie des peuples unis à la couronne.

 

 

 

 

LA LEÇON DE DÉMOCRATIE



Choisi par à peine 18 % des Français notre « chef des armées » voit sa côte de popularité chuter semaine après semaine. Les médias s’empressent d’évoquer ses prédécesseurs, guère plus brillants trois mois après leur élection à la magistrature suprême. La comparaison semble logique. Après avoir voté pour l’homme qui incarnait le renouveau politique et la moralisation de la vie publique, les dindons de la farce s’aperçoivent qu’ils ont été floués encore une fois. Ils croyaient connaître le candidat, ils découvrent le politicien aux prises avec la réalité.

Mais peut-être existe-t-il une autre explication à cette perte d’audience. Le président Macron n’applique-t-il pas judicieusement les leçons d’un maître-es-politique, Georges Frêche ? Comme l’ancien maire de Montpellier, il étale ostensiblement son mépris pour le peuple . Le début de son quinquennat ressemble fort à la stratégie politique préconisée par Frêche dans sa célèbre leçon de démocratie  :

« Les 2 premières années vous devenez maximum impopulaire. Vous leur tapez sur le claque bec (.) etc. » Ah salaud ! le peuple aura ta peau ! On t’aura ! « moi je dis : » cause toujours, je vous emmerde » Ensuite 2 ans vous laissez reposer le flan. Vous faites des trucs plus calmes. Et les deux dernières années, plus rien du tout, des fontaines, des fleurs, et des bonnes paroles…

Le jeune président réussira-t-il… à se faire réélire ? Le système démocratique présente une incapacité structurelle à réaliser le bien commun. On ne peut ni le présenter comme un “bon régime” ni même envisager de l’utiliser pour accéder au gouvernement, car il oblige le candidat à une véritable prostitution dans sa quête de bulletins et le conduit au mépris. La république est à l’agonie. Aidons nos compatriotes à tirer les leçons de l’échec programmé. N’attendons pas les prochaines élections. Agissons maintenant pour le retour de la monarchie, ce régime politique naturel, conforme à la France qu’il a créée, pour qu’il nous fasse tous grandir en vertu, en amour et en dignité. Toutes les bonnes volontés sont requises. Dans les cercles de la Fédération bretonne légitimiste, aucune compétence n’est en trop. Il en va de notre devoir d’état, certes plus contraignant qu’un devoir civique qui se limite à aller déposer un bulletin dans l’urne mais c’est à ce prix que la Bretagne, que la France, seront sauvées.

Pierre Bodin 

 

1 https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles

2 Les Bretons ne peuvent avoir oublié la déclaration du 17 septembre 2014 à propos des employées de GAD « … il y a dans cet abattoir une majorité de femmes, il y en a qui sont pour beaucoup illettrées !... »

3 http://www.viveleroy.fr/Lecon-de-democratie

2017  royalistesbretons